Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

Voir les textes du jour
 
Document Actions

Eglise Saint Jean Baptiste

Histoire

eglise lapalisse 3.jpg  eglise lapalisse 4.jpg  

  LAPALISSE

EGLISE SAINT-JEAN BAPTISTE

Edifice moderne, construit par l'architecte Moreau, de Moulins, en style roman, avec une nef de cinq travées, des bas côtés, un transept saillant et une abside flanquée de deux absidioles. Le clocher s'élève sur la façade.

  Vitraux
Les vitraux modernes éclairent l'autel, la table où est célébré l'eucharistie. Le chœur est un lieu saint.

Notre Dame du Rosaire (fête le 7 Octobre)
Dans cette fête, c'est toute l'histoire de Marie unie à la vie de Jésus que nous honorons.

Sainte Monique [332 - 387] (fête le 2 Août)
Mère de Saint Augustin, elle se consacra à la conversion de son fils.

Archange Saint Michel (fête le 29 Septembre)
Protecteur du peuple de Dieu dans la Bible, il devint protecteur de l'Eglise. On représente soit en guerrier combattant le dragon, soit en peseur des âmes. Deux cent communes portent son nom.

Saint François d'Assise [1181 - 1226]
Il rompt avec le monde après une jeunesse dorée. Il s'entoure de disciples qui se vouent comme lui à la pauvreté évangélique. Il sait parler aux oiseaux ; pour lui, tout a un sens et une beauté. On connaît ce cantique qu'il appela le Chant des Créature Il est le fondateur de l'ordre des Franciscains.

Saints Jeanne Françoise de Chantal [1572 - 1641]
Veuve à 28 ans, elle fonda avec l'aide de Saint-François de Sales l'ordre des
Visitandines. Elle est la grand-mère de Mme de Sévigné. Elle est décédée à Moulins.

Saint Louis roi de France [1214 - 1270]
Tertiaire Franciscain, très pieux, il était soucieux de justice pour tous. Il mourut de peste devant Tunis au cours de la XIII ème Croisade.

Saint Charles Borromée [1538 - 1584]
Archevêque de Milan et cardinal. Il contribua puissamment à la Réforme de l'Eglise dans l'esprit du concile de Trente : par les visites pastorales régulières, la tenue de synodes et l'enseignement du catéchisme.

Sainte Catherine de Sienne [1347- 1380]
Vingt-cinquième enfant d'un teinturier, elle entra chez les Dominicaines. Apôtre de l'unité de l'Eglise, elle convainquit le pape Grégoire XI de quitter Avignon pour Rome. Elle est docteur de l'Eglise grâce à son enseignement.

Saint Jean l'Evangéliste (fête le 27 Décembre)
Le pêcheur de Galilée devint "le disciple que Jésus aimait", celui qui accueillit chez 1ui Marie. Il mourut très âgé à Ephèse (Turquie).

Sainte Anne (fête le 26 Juillet)
Epouse de Joachim et mère de la Sainte Vierge Marie. Le sanctuaire où elle est le plus honorée se trouve à Sainte Anne d'Auray en Bretagne.

Sainte Thérèse de Lisieux [1873- 1897]
Carmélite, modèle d'une spiritualité toute simple, réussissant à passer inaperçue. Patronne des missions. L'une des saintes les plus aimées.

♦ Saints

Saint Jean-Marie Vianney [1786 - 1859]
Dit le "Saint Curé d'Ars", petit village dans l'Ain. Durant quarante et un ans, il attira les foules par sa sainteté. A partir de 1830, on y vit arriver des "pèlerins". Il est le patron des prêtres de paroisses.

Sainte Jeanne d'Arc [1412 - 1431]
Très pieuse, elle n'avait que treize ans quand elle commença à entendre des "voix". En Mai 1429, elle chasse les Anglais d'Orléans. En Juillet, elle est à Reims où le dauphin est sacré roi de France sous le nom de Charles VIl. Elle meurt à Rouen, brûlée vive. Elle est canonisée (déclarée "Sainte" par l'Eglise) en 1920.

Saint Louis Gonzague [1568 - 1591]
Jeune Jésuite italien. Il est mort à vingt-trois ans, après s'être dévoué au service des pestiférés. Patron de la jeunesse et des étudiants.

Sainte Marguerite Marie [1647 - 1690]
Visitandine de Paray Le Monial, les révélations et les apparitions dont elle bénéficia sont à l'origine de la dévotion au Sacré-Cœur de Jésus.

Saint Antoine de Padoue [1195- 1231]
Né au Portugal, chanoine régulier de Saint Augustin, il fut séduit par l'idéal de simplicité et de pauvreté de Saint François d'Assise. Très grand orateur, il savait mieux que quiconque faire aimer l'Evangile. On l'invoque pour retrouver les objets perdus.

Saint Joseph Travailleur (fête le 1er Mai)
Epoux de la vierge Marie, qui veilla sur Jésus comme son propre fils. Protecteur de la Sainte Famille.

L'Immaculée Conception (fête le 8 Décembre)
"Marie a été préservée du péché originel". En 1858, c'est ainsi que la "Dame" se présente à Bernadette de Lourdes.

Le Sacré-Coeur de Jésus (fête en Juin)
Le mot "cœur" est synonyme d'accueil, de tendresse, de miséricorde. Nul mieux que Jésus n'a su révéler la bonté du cœur de Dieu, son attention aux petits à leurs misères quotidiennes. Jésus a vécu cet amour dans un oubli constant de lui-même, jusqu'au don suprême sur la croix.

Sainte Thérèse de Lisieux [1873- 1897]
Carmélite, modèle d'une spiritualité toute simple, réussissant à passer inaperçue. Patronne des missions. L'une des saintes les plus aimées.

Sainte Bernadette Soubirous (1844 - 1879)
La Vierge Marie choisit cette petite fille chétive et ignorante comme messagère de Lourdes. Dès qu'elle le put, Bernadette entra chez les sœurs de la Charité de Nevers où elle remplit surtout l'office de la Prière.

♦ Chapelles

- Chapelle de La Sainte Vierge
Vierge Marie : Mère de Jésus, et la nôtre ; dont les prières sont toujours exaucées. Plusieurs fêtes dans l'année célèbrent "la Mère de Dieu" :
- le 1er Janvier
- le 15 Août : "Assomption" glorifiée dans son âme et dans son corps à la fin de sa vie terrestre.

Chapelle Saint Jean-Baptiste (devenu Chapelle du Saint Sacrement)
Cousin de Jésus, il a baptisé celui-ci et l'a désigné comme celui qu'il fallait suivre. Patron de notre église.
Notre église de style roman fut construite en 1864 par l'architecte Moreau de Moulins. Elle fut bâtie en granit de Droiturier, comme le fut le grenier à grains communal, ou "Grenette", installé sur cette grande place derrière l'église, aujourd'hui la salle des fêtes.
Au dessus de la porte d'entrée, côté château, les orgues dans la tribune. Ils ont été construits dans les ateliers Paul FERRET à Paris vers 1878.

C'est l'ébéniste Claude BILLARD de Lapalisse qui les installa, soit quatre boiseries des deux côtés du buffet, en "bois de sapin de bonne qualité sans nœuds".
La partie instrumentale de l'orgue est classée comme monument historique par un décret du 19 Janvier 1981. A la suite de cela une restauration a été entreprise en 1984-1985.


►CHAPELLE DU CHATEAU

Dédiée à saint Léger, elle servait autrefois d'église paroissiale et faisait partie de l'ancien diocèse de Clermont ; elle dépendait de l'abbaye de Mozat, à laquelle elle fut confirmée par Alexandre III. Six pré­bendes y furent fondées en 1461 par la veuve de Jacques de Chabannes. L'édifice fut reconstruit vers cette époque et réuni ensuite au château à l'aide du Grand Logis entrepris par Marguerite de Melun ; bien que saccagé à la Révolution, il nous est parvenu dans son ensemble.

Il présente une nef de quatre travées, terminée à l'Est par un chevet à trois pans flanqué au Nord d'un petit oratoire muni d'une cheminée. Le mur gouttereau sud est l'ancienne enceinte du château, armée d'une tour qui sert de sacristie. Le vaisseau est couvert de voûtes d'ogives avec lierne central ; les nervures prismatiques retombent sur des culs-de-lampe formés de choux frisés. Les murs sont percés de larges fenêtres à meneaux et réseaux de pierre ; dans le pignon de façade, aux rampants garnis de crochets de feuillages, ouvre une rose flamboyante sous un oculus muni d'un réseau dessinant une fleur de lis et qui aère les combles. La porte principale, aujourd'hui murée, et la porte latérale qui s'ouvre dans la cour du château sont encadrées d'archivoltes aux cintres brisés, formées de moulures complexes que surmontent des crochets de feuillages et que flanquent des pinacles fleuronnés.

Cet élégant monument fut restauré en 1875 par l'architecture J.B. Moreau, qui le dota d'une flèche de charpente ; il est actuellement en assez mauvais état, et des désordres importants se sont produits dans la construction.

On conserve dans cette chapelle quelques sculptures provenant du tombeau de Jacques II de Chabannes, le célèbre maréchal de La Palice, et de Marguerite de Melun, sa femme ; mais les fragments les plus importants de ce monument qui furent acquis à Lapalisse même en 1830 au prix de 60 francs sont au musée Calvet, à Avignon ; ils figurent en bas-relief la Justice, la Force et la Tempérance assises dans des niches entourées de rinceaux et d'arabesques et surmontées de figures d'enfants, albâtre, art français du début du XVIe siècle. Sont demeurées par contre à la chapelle de Lapalisse les statues tombales, très mutilées, de Jacques 1er de Chabannes, grand maître de France et d'Anne de Lavieux, sa femme, exécutés par ordre de Geoffroy de Chabannes.

Jacques de Chabannes est représenté couvert de son armure et de la cotte d'armes ; ses pieds reposent sur un lion, et les pieds de sa femme sur une levrette ; des dais fleuronnés abritent les têtes. 
 

<< Retour